...j'écris sur la matière qui m'a écrit. ...scrivo della materia che mi ha scritto. Erri De Luca

Avant de devenir journaliste, l'auteur fut infirmière dans les services psychiatriques. Paru chez Robert Laffont en 1976 Le journal fou d'une infirmière a connu un large succès de librairie, salué par de grands écrivains et critiques. Eric Eychenne en tire une pièce qui rencontra aussi un beau succès. Anna Albertini rentre en Corse fin 1979, travaille pour la radio et crée deux émissions. Elle participe également à la création de Sinemassoci - association pour le développement du cinéma corse, écrit deux scénarii, tourne un court-métrage, participe a un ouvrage sur la double appartenance avec des psychiatres corses, La Corse une affaire de famille paru chez Jeanne Laffite. Elle est aussi l'auteur de contes et de nouvelles édités par les Editions A Fior di Carta, dans le Cap Corse et d'une pièce de théâtre Le dialogue des Marguerite joué à Marseille au théâtre l'Astronef et à Aubagne au Comedia. Elle a dirigé la revue Cap 'Insème pendant cinq ans. Elle vit actuellement à Luri dans le Cap Corse.

- Ton café est dans un trou et ce n'est pas un vrai café.
- Le trou est dans ton pays et le café est spécial dans un village spécial.
- Un village de fous.
- Pas tous. J'y suis né, ta mère aussi et les pensionnaires de Luna Rossa, ne sont pas dangereux.
- C'est ce que l'on dit aux voisins d'une clinique psychiatrique. En tous cas, je n'aurai pas le droit de vendre de l'alcool.
- Ta pauvre mère dont tu hérites a été formelle. C'est consigné chez le notaire : si tu vends de l'alcool on te reprend tout. Tu as assez bu et quand tu as bu tu fais des conneries et puis les malades de Luna Rossa n'ont pas le droit de consommer de l'alcool et ils seront tes meilleurs clients.
- Je vendrai de l'eau bénite, du lait de chèvre, je vais gagner quoi ?
- Ma pauvre sœur a pensé à tout, les tisanes sont faites avec de l'eau, les herbes sont gratuites et le sucre déconseillé. Tu feras des jus de fruits frais, du thé, du café et tu vendras des glaces l'été. Alors, tu la traverses, la flaque ? Tu n'as rien à perdre, c'est le plus beau pays du monde. Oh, tu réponds ?